Saint-Benoît

La Cité des eaux vives, énergie nature

    Les armoiries expriment le foisonnement et l'énergie d'une nature omniprésente qui explique

    toute l'histoire de la commune
    L'océan, les eaux vives, la faune marine et terrestre, tout symbolise la vocation de la grande commune orientale.
    Le soleil dément la croyance trop répandue selon laquelle il pleut tout le temps dans l'Est.

 

BREF HISTORIQUE

 

L'Histoire de Saint-Benoît commence dans la première moitié du XVIII° siècle, lorsque les colons de Bourbon, à l'étroit entre Saint-Paul et Saint-Denis, cherchent de nouvelles terres pour la culture du café, prometteuse de toutes les richesses. La première concession est accordée en 1720 à "Veuve LEBEAU pour cultiver le vrai café de Moka à la charge de payer annuellement 200 livres de riz blanc et 24 poules de redevance" selon les relevés très peu poétiques de La Compagnie des Indes. Saint-Benoît a connu l'aventure du café, des épices (1775), puis la fièvre de la canne à sucre à partir de 1811 et, bien sûr celle de la vanille. Commune depuis 1733, elle s'énorgueillit d'avoir donné naissance au gouverneur créole, HUBERT-DELISLE. Le chemin de fer est inauguré en 1887. La vieille ville est presque totalement détruite par un incendie en 1950. Depuis, Saint-Benoît n'a eu de cesse de se reconstruire, s'agrandir, se moderniser