Saint-Philippe

La Commune la plus australe de France

    Devise :Saint Philippe, destination nature au pied du volcan.

    Le volcan parce qu'une très grande partie du massif se situe sur le territoire communal. Les vagues et le gentil dauphin évoquent la vocation maritime de Saint Philippe. Le tressage sur fond vert souligne l'artisanat privilégié du vacoa, dans son cadre forestier, industrie touristique à part entière, qui s'est considérablement développée ces dernières années

 

BREF HISTORIQUE

 

Ses habitants s'y sont installés vers 1750 et Saint-Philippe est d'abord la limite extrème du quartier de Saint-Joseph crée en 1785. Elle devient commune en 1830. Elle est la seule de l'île dont la création de la commune a précédé celle de la paroisse (en 1836). En 1852, le gouverneur HUBERT-DELISLE inaugure une borne, au centre du Grand-Brûlé, marquant officiellement la séparation des communes de Saint-Philippe et Sainte-Rose, et celle des arrondissements "au vent" et "sous le vent". Elle a été emportée par la lave en mars 2001. A la fin du XVIII° siècle, le botaniste Joseph HUBERT y lance la culture des épices, muscade, girofle... denrées rares et chères que l'on retrouve alors qu'aux Moluques. En 1968, la traversée du Grand-Brûlé est enfin asphaltée, achevant le tour de l'île. Ce bitume sera plus d'une fois mis à mal par le volcan. Les coulées volcaniques de 1986 ont détruit huits maisons et des centaines d'hectares de forêts et de cultures. Elles ont même augmenté la surface de l'île d'une vingtaine d'hectares...