LES CAZANOVE à la RÉUNION

 

Bonjour à nos auditeurs ! Comme promis chaque fois, voici les informations que je n’ai pu vous donner en direct les fois précédentes.

 

1-    TROTOBAS est un patronyme venu du Sud de la Métropole et le 1er, Martin Isidor TROTOBAS, originaire de Châteauneuf le Rouge dans les Bouches du Rhône, épousa en 1853 une demoiselle Honorine WELMANT.

 

2-    GAZE est un patronyme d’affranchi avec les 1ers qui ont fait souche ici dans le sud entre 1850 et 1860 avec Benoît et Faustin GAZE, fils d’une ancienne esclave Benjon. Il y eut aussi une Christine GAZE venue d’Afrique qui se maria en 1851 à St Pierre.

 

3-    TIPVEAU ou TIVO descendent de Edmond TIVO, originaire de la Côte d’Afrique, affranchi en 1848. Il épousa une demoiselle MAZARD en 1849 et légitima leurs enfants.

 

4-    THÉLIS est un patronyme d’origine malgache qui apparaît ici en 1852 quand Fortuné THELIS se marie avec une demoiselle ILION.

 

5-    RIBOTTE se trouve sur Historun au nombre des patronymes attribués en 1848 aux affranchis du 20.12.Une branche est à St Benoît et une autre à St Pierre.

 

6-    ADRAS est l’anagramme de SARDA. Ce patronyme a été donné à
29 personnes d’une même famille le 20.12.1848 et dont  la plus ancienne était Marie Jeanne ADRAS ancienne esclave créole née vers 1765.

 

7-    CHOLLET est un patronyme connu au début dans l’est. Le plus ancien  est César CHOLLET venu d’Afrique et marié en 1851 à Germaine ANTIGONE.

 

8-    Le nom SEYMOUR est apparu en 1841 à la Réunion quand il a été donné à un affranchi et ensuite à  un autre, Guillaume en 1848 à St Pierre.

 

9-    ADAMA LATCHIMY est bien d’origine indienne de la fin du 19ème siècle. Néanmoins un Fanchin ADAMA marié en 1851 semble avoir été un affranchi.

 

Encore une fois, j’insiste sur le fait que lorsque vous me posez des questions, je dois jongler avec ma mémoire qui n’est pas infaillible, et quelques documents.
Je demande donc à tous patience et indulgence.

 

Comme j’ai eu maintes fois l’occasion de le dire, on retrouve des noms de famille venus des quatre coins du monde sur notre petit département. J’ai donc choisi de vous parler d’un nom bien connu les CAZANOVE.

 

Comme toujours les Français ont vite francisé les noms étrangers puisque TEIXEIRA et FERREIRA portugais sont vite devenus TÉCHER et FERRÈRE.

 

En 1718 débarqua sur notre île un jeune Canarien, originaire selon les recensements de Ténériffe, Juan Fernandez CASANOVA. Il se maria en 1723  avec Louise FOLIO  une jeune créole qui lui donna 4 enfants qui n’ont pas eu de descendance.

 Jeune veuf en 1729 pendant la Grande épidémie de variole, il va entretenir une étrange liaison avec la créole blanche Marianne NOEL, fille du flibustier anglais déjà mariée à Isaac RODIER de LAVERGNE qui avait été banni de l’île en 1727. Ils ont eu ensemble 4 enfants naturels dont un seul fils, Jean-Jacques, porta le nom de CASANOVE.
Légalement à cette époque, le nom n’aurait pas dû se transmettre car les enfants étaient nés hors mariage. Pourtant  Jean-Jacques, qui est à l’origine de tous ceux qui ont aujourd’hui ce patronyme de CAZANOVE, vécut à St Louis eut 12 enfants et y mourut à près de 90 ans.

 

 La question qui peut revenir ici c’est S ou Z dans le nom ?

 

En fait, le nom espagnol était CASANOVA avec un S d’où la forme CASANOVE mais comme on disait aussi, les noms propres n’ont point d’orthographe ou bien on se permettait mille fantaisies aux siècles précédents. S entre deux voyelles se prononce Z, alors chaque scribe (prêtre ou employé de mairie) y allait de son orthographe.

 

Aujourd’hui si on trouve des CAZANOVE dans toute l’île, on doit quand même se dire qu’originellement c’est un patronyme de la région ouest et sud entre St Paul et St Louis.

 

Juan devenu Jean Fernandez CASANOVE coupa les ponts avec Marianne NOËL pour aller s’établir un moment à l’ Ile de France où il se maria à plus de 57 ans  à une jeune bretonne de 18 ans Perrine LECLAIR qui lui donna un fils. Il mourut vraisemblablement avant 1762.

 

Les CAZANOVE sont donc bien issus de l’union libre avec Marianne NOËL.

 

Patrick ONÉZIME-LAUDE Président du Cercle Généalogique de Bourbon

RFO Avril 2007