LES RIVIÈRE À LA RÉUNION

 

 

 

Lorsqu’on prononce le nom de RIVIÈRE à la RÉUNION, on pense automatiquement  à la Rivière St-Louis, un coin de notre île où l’on se demande si le lieu a pris le nom de ses habitants ou bien si la Rivière au lieu de rouler des galets a préféré rouler des milliers de porteurs de ce nom de famille.

 

RIVIÈRE est un patronyme qui nous vient de Métropole et le 1er du nom s’appelait François RIVIÈRE dit Champagne, natif de Juillé en Charente vers 1647. Il quitta la Métropole pour aller aux Îles vers 1675 et débarqua à Bourbon du navire le St-Robert en mai 1676, voici 330 ans.

 

A cette époque Bourbon est encore très peu peuplée et il y a beaucoup plus d’hommes que de femmes. Il épousa en 1680 une jeune malgache Marie-Anne CAZE née vers 1658, sans doute sœur des autres filles CAZE : Anne épouse du normand Gilles LAUNAY, Marie épouse du malgache Jean MOUSSO puis du français Michel FRÉMONT, Marguerite épouse du malgache Etienne LAMBOUTIQUE et Jeanne épouse d’un autre malgache Jacques LAHERATCHY. Les descendants de ces deux dernières deviendront plus tard les esclaves des enfants et petits-enfants de celles qui auront épousé des français.

L’unique fille née de ce mariage RIVIERE-CAZE Françoise épousa à 15 ans le jeune forban hollandais Jan VAN HESCHE dont il n’y eut pas de descendance.

 

Veuf vers 1687, François RIVIÈRE se remaria 2 ans après avec Thérèse HÉROS une jeune indienne portugaise de 18 ans originaire de Surate.

De cette union naîtront trois filles et trois garçons, ancêtres des RIVIÈRE de la RÉUNION.

 

Vivant à St Paul, Francois RIVIÈRE vit à peine ses enfants grandir car il mourut en janvier 1702 laissant à sa veuve les biens qu’il avait acquis, terres, animaux, cultures.

 

Thérèse HÉROS lui survivra 27 ans, terrassée en 1729 par l’épidémie de variole qui tua tant de gens dans l’île. Entre-temps, elle eut quand même trois enfants naturels, les deux plus jeunes filles mariées à deux NATIVEL vont être les ancêtres de nombreuses familles de St-Louis, Avirons, Etang-Salé, St-Pierre et environs.

 

Revenons aux RIVIÈRE. L’aînée des filles Anne est l’ancêtre des ROYER, la seconde Radegonde ancêtre des CADET, BALMANE de MONTIGNY, DEJEAN, LESQUELIN, DENNEMONT, MUSSARD, HOARAU, la dernière Catherine, elle fut ancêtre d’une branche GONNEAU et  la mère des deux 1ers prêtres créoles François et Paul GONNEAU.

 

Quant aux garçons RIVIÈRE, seuls les deux derniers firent souche à Bourbon : Henry eut 5 enfants qui lui donnèrent 26 petits-enfants dont 17 du nom de RIVIÈRE et François II qui eut 8 enfants de ses deux mariages, par eux il eut 46 petits-enfants dont 44 portant le nom RIVIÈRE.

 

Ce qui fait 2 fils qui transmettent le nom, 6 petits-fils sur 13 petits-enfants, 18 mâles des 63 arrière-petits-enfants. Par la suite le nom se répandra comme une traînée de poudre vu les familles nombreuses qu’ils ont eues :11, 12, 13, 16 enfants.

 

Le nom de RIVIÈRE longtemps cantonné au sud- sud-ouest de l’île s’étendra par la suite vers le nord, aujourd’hui il se retrouve partout. Si l’on peut dire que 95% des RIVIÈRE descendent de François dit Champagne, il y a eu aussi quelques autres familles de ce nom : les RIVIÈRE de CHAZALON et les RIVIÈRE de VILLENEUVE, noms éteints.

 

Pour illustrer la descendance de François RIVIÈRE dit Champagne, notons le 1er évêque réunionnais Mgr AUBRY, des édiles de St Pierre Félix FRAPPIER de MONTBENOIST et François de MAHY père dont le fils François  de MAHY fut Ministre des Colonies et de la Marine, les ORRÉ et SANGLIER donc Alfred ISAUTIER mais aussi Denis François LE COAT de K/VÉGUEN riche propriétaire du Sud et mari du peintre Adèle FERRAND, de Denis Godefroy LECOQ DUTERTRE et Auguste LEGROS députés maires de St Denis, encore Roland GARROS et Raymond BARRE.

 

Patrick ONÉZIME-LAUDE pour RFO 18.02.2007