Un italien à Bourbon, drôle de destin !

 

Les Réunionnais comme vous le savez tous ont des origines diverses et multiples. Nos ancêtres sont venus de nombreux pays d’Europe comme de terres avoisinantes. Tous, nous portons en nous nos origines métisses et je voudrais aujourd’hui parler de la famille VIDOT.

 

A l’heure où pirates et flibustiers écumaient les océans, ici dans la Mer des Indes, certains faisaient escale à Bourbon et y posaient leur baluchon, comme le normand Jacques HUET, le breton Gilles DUGAIN ou l’allemand  Heinrich Guilbert WILMANN. On peut penser que sans appartenir à cette catégorie de primo-arrivants, Marco VIDOT était quand même un homme de la mer.

 

Natif de Rovigo de la province de Venise, puissance maritime indiscutable en Méditerranée, Marco VIDOTE serait né vers 1661 fils de Francesco VIDOTE et de Domenica BARSOLOGNA (leurs noms ont été francisés par la suite).

Il débarqua à Bourbon vers 1681 et ne se maria qu’en 1688/1689 avec une jeune créole mulâtresse Marie ROYER âgée de 13 ans. Elle était la fille naturelle et reconnue du Chirurgien métropolitain Anthoine ROYER et d’une servante malgache Françoise COUCARINE  épouse de Louis VEL serviteur malgache aussi.

 

Le jeune couple s’installa à Sainte Suzanne, berceau est de la population réunionnaise, et y vécut auprès du beau père qui était mariée à Andrèse TEIXEIRA indienne portugaise venue avec d’autres compatriotes participer à l’établissement de la colonie.

Marco VIDOT et Marie ROYER eurent 3 enfants et leur fils unique Antoine VIDOT eut à son tour
16 enfants à l’origine de tous les VIDOT de notre île.

 

En 1690, un évènement secoua notre île avec l’arrestation en pleine église un dimanche du Gouverneur Henry HABERTde VAUBOULON dont la sévérité, la dureté et la rapacité avaient fini par excéder toute la population. Y participèrent, l’instigateur le Père Hyacinthe, Anthoine ROYER son gendre Michel FIRELIN garde magasin de la Compagnie, son autre gendre Marco VIDOT, son beau frère Jacques BARRIERE marié à Ignace TEIXEIRA, Julien ROBERT et Robert DUHAL.

 

Tous furent inculpés en 1696 et embarqués pour la France où ils furent jugés et condamnés le 24.5.1697 à l’exception du prêtre. FIRELIN fut exécuté, BARRIERE  et DUHAL aux galères à perpétuité, ROBERT à 10 ans et notre Marco VIDOT à  5 ans.

BARRIERE mourut en 1699 aux galères, suivi en 1700 par ROBERT et le  21 avril 1704 Marco VIDOT mourut à l’hôpital des galères de Marseille sans jamais avoir pu revoir femme et enfants.

 

Marie ROYER éleva seule ses enfants mais eut en 1699 un fils naturel de Jacques PITOU un créole mulâtre. Ce fils d’appela comme son père Jacques PITOU dit MARQUIS, puis elle se mit en ménage avec un autre créole Pierre BOYER dont elle eut 4 enfants avant d’apprendre la mort 10 ans plus tôt de son 1er mari Marco VIDOT. En 1715 elle épousa Pierre BOYER et ils légitimèrent leurs enfants. La veuve VIDOT s’éteignit en 1748.

 

Les VIDOT ont essaimé dans toute l’île, une branche est allée faire souche aux Iles Seychelles et de là en Australie.

Parmi les descendants de Marco VIDOTE, notons Jules VIDOT maire de St André, Léon Elie OZOUX 1er Président de la Cour d’appel de SD et maire du Chef lieu, Anne CHEYNET femme de lettres réunionnaise.

 

Patrick ONÉZIME-LAUDE